Equins

Le Cheval Islandais

L'islandais descend de races norvégiennes et de diverses lignées de poneys celtiques introduites dans l'île par des peuples scandinaves, notamment des colons Vikings. L'Islande n'ayant jamais eu de chevaux indigènes.
En Islande, il est utilisé pour le transport : en effet, bien que petit, il porte sans problème un adulte sur de très longues distances : sur cette île au terrain escarpés où le passage de roue était exclu jusqu'au XXe siècle environ, il servait à transporter les habitants, relier les villes entre elles, de manière rapide et efficace. Il est aussi utilisé comme cheval de gardiennage pour rassembler et faire migrer les nombreux et grand troupeaux de moutons élevés sur l'île. Il est enfin utilisé comme animal de boucherie.

 

 


Le cheval islandais s'impose rapidement comme un élément essentiel de l'île, sur lequel une bonne partie de l'économie repose jusqu'au XIXe siècle.
A la fin du XIXe siècle, des chevaux islandais sont exportés pour travailler dans les mines écossaises et polonaises. Très vite, le caractère volontaire, travailleur et son pied sûr l'amènent hors des mines, pour un travail de loisir. Il est très populaire en Allemagne, où il est la première race vendue
Les petits chevaux déjà rustiques se sont habitués aux conditions climatiques de l'île et à son terrain escarpé. Ils ont conservé les cinq allures (pas, trop, galop, amble et tölt) qui étaient courantes chez les chevaux européens avant les diverses sélections successives. Alors que les Européens ont sélectionné les chevaux les plus grands, les plus lourds pour la guerre, éliminant ainsi différentes caractéristiques originales, les chevaux Islandais sont restés tels quels, avec des caractéristiques de chevaux primitifs tels les zébrures sur les membres et la raie de mulet.
Il mesure en général entre 1,25 et 1,45 mètre au garrot. Son poil est épais et rude, et ses crins fournis : on lui laisse  généralement la crinière longue. Toutes les robes sont admises chez cette race, à part l'appaloosa. Son dos est court et sa croupe puissante, ainsi que son encolure forte.
La tête est assez grosse pour sa taille, caractéristique des chevaux rustiques. Ses membres sont courts et solides. Le cheval islandais vit longtemps, parfois plus de quarante ans.
Grâce au tölt, le terrain escarpé de l'île passe inaperçu pour le cavalier et permet au cheval d'avancer dans une allure confortable, aussi bien pour lui que pour son cavalier, et régulière.
L'amble sert surtout à la course, et est une allure qui fatigue le cheval vite comme au grand galop : avec l'amble, ce petit cheval peut atteindre les 45 km/h ! ( à comparer avec les 21 km/h d'un galop).
Il est extrêmement rustique et peut vivre à l'extérieur toute l'année. En outre, il se nourrit de peu, et une alimentation trop riche est mauvaise pour sa santé. Dans la nature et en général en Islande, puisque les chevaux sont élevés en semi-libertés, il va se nourrir d'herbe ou d'arbustes: une nourriture pauvre mais dont il s'accoutume bien.